Puisque je ne peux plus reculer, je foncerai tête baissée

Je sens la métamorphose envahir lentement mon corps, une cellule à la fois. Comme une mutation, je laisse derrière moi une longue trainée de peaux mortes. Je ne regrette pas cette mort lente, même si je ne sais pas encore exactement de quoi sera fait cette nouvelle vie.

Qui se ressemble...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous

Pour recevoir un message à chaque nouvelle mise à jour, vous pouvez vous abonner en inscrivant votre courriel ci-dessous.
Un fil RSS est également disponible.

Les plus lus