Chose certaine je n’irai pas cueillir la fleur au fond des bois

Quelques temps sans mettre les pieds dans mon boisé préféré et voilà que tout s’est transformé une fois de plus. Les chicorées et les campanules ont envahis les talles de fleurs de leurs teintes bleu-mauve, le plantain est rendu gros comme ça, les fleurs de consoude ont presque complètement disparues et il n’y a plus aucun moyen de quitter les sentiers, tant la végétation y est dense et entremêlée dans le lierre.

C’est la saison des amours au royaume des grillons, la terre vibre au son de leurs chants…

Qui se ressemble...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous

Pour recevoir un message à chaque nouvelle mise à jour, vous pouvez vous abonner en inscrivant votre courriel ci-dessous.
Un fil RSS est également disponible.

Les plus lus