Des contraintes et de l’irrésistible attrait de l’accordéon

Après une journée complète à peser le pour et le contre, j’ai décidé, malgré la fatigue, d’aller voir Tricot Machine et la Rue Kétanou ce soir. Et ce, même s’ils sont tous les deux sur les Plaines demain. SAUF : je n’apporte pas mon appareil photo et je me donne le droit de partir avant la fin pour me coucher plus tôt (ben oui, ben oui…). Je parlerai du spectacle en même temps que de celui de jeudi soir.

C’est alors que nous saurons si j’apprécie vraiment la musique de Tricot Machine ou si je la trouve juste cute (ce qui n’est pas un défaut).

Qui se ressemble...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous

Pour recevoir un message à chaque nouvelle mise à jour, vous pouvez vous abonner en inscrivant votre courriel ci-dessous.
Un fil RSS est également disponible.

Les plus lus