Une soirée qui sonne manouche

Touching the Sky

Tel que promis, un résumé rapide des deux seules prestations que j’aurai vu cette année au Festival de Jazz.

The Lost Fingers (http://www.myspace.com/thelostfingers)

Je suis arrivée à la place des Arts vers 16hres. Le temps de me repérer et de trouver un endroit pour faire pipi, je suis arrivée devant le pavillon Heineken à 16h15. En voyant la file gigantesque, j’ai compris que je n’irais pas me promener sur le site en attendant le début du spectacle et je me suis mise en ligne. Une heure et quart avant le début de la prestation et la sécurité nous avertissait déjà qu’il n’y aurait peut-être pas de place pour nous. Et les gens continuaient à arriver en gros groupes.

C’est David qui m’a fait découvrir ce trio d’hurluberlus à la fin de l’hiver dernier et depuis ce temps, ils font boule de neige : lancement d’un album, déjà disque d’or, chansons qui roulent à la radio et cette série de dix prestations gratuites au Festival de Jazz de Montréal, qui a eu un succès totalement inattendu. Après leur dernière prestation ce soir, ils se dirigent vers le Festival d’été de Québec, avis aux intéressés.

Quant à moi, j’ai pu entrer après un réaménagement de la salle et j’ai réussit à me glisser vers l’avant du pavillon qu’on peut également surnommer le four, car sans l’air climatisée qui arrivait à maintenir la température un peu au-dessus de 20°C, tout le monde serait mort.

The Lost Fingers

Le Hot Club de ma Rue (http://www.myspace.com/lehotclubdemarue)

Je connais ce groupe parce que l’excellente violoniste Josianne Laberge (feu Polémil Bazar) en fait partie. Je fut donc évidemment un peu déçue de constater qu’elle n’était pas là hier soir, mais Zoé Dumais (Sagapool) a été plus qu’à la hauteur. Franchement, je n’avais pas remarqué son talent, honte à moi, je vais réécouter Épisode Trois plus attentivement.

Flying Violin !

Spectacle assez tranquille, une petite scène près de la fontaine du Musée d’Art Contemporain. Des anmations pour les enfants tout près, un public en majorité assis (à côté de moi, une femme allaite son bébé, plus loin, un groupe de dames agées rigolent… on est loin du Festival d’Été de Québec et sa foule mongole). Mon bout préféré du spectacle c’est lorsque j’ai appris que le groupe avait un cd à vendre. S’ils n’avaient pas été si bons, je serais partie me le chercher en courant. Chose que j’ai faite dès que le groupe est sorti de scène et comme j’ai dit à la blague hier, c’était plus long de me rendre à la tente où les cds étaient vendus que de revenir chez moi en metro. Et ce n’est pas une blague tant que ça.

Le Hot Club de Ma Rue

Putain de foules, celui qui trouve un moyen efficace de circuler là-dedans se mérite un prix d’ingénierie !

Qui se ressemble...

Une réponse à Une soirée qui sonne manouche
  1. [...] an auparavant, j’avais vu le groupe sur une terrasse ensoleillée, également dans le cadre du fes... sugarplum-art.com/aether/?p=1138

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous

Pour recevoir un message à chaque nouvelle mise à jour, vous pouvez vous abonner en inscrivant votre courriel ci-dessous.
Un fil RSS est également disponible.

Les plus lus