Les Grandes Sorties d’octobre

Les mois se suivent et se ressemblent : busy-busy entre le travail, les projets et les tonnes de trucs que je veux voir et entendre. Résumé du mois précédent :

Pop Montréal – Ariane Moffatt acoustique

Ce petit festival a commencé pour moi de sa façon habituelle : Puces Pop ou l’art de s’entasser dans un sous-sol d’église trop petit pour admirer les créations d’artistes variés. Malheureusement, mon côté antisociale a pris le dessus sur la beauté des création et j’en suis ressortie une fois de plus les mains vides.

Le dimanche, rendez-vous dans la salle de la Fédération ukrainienne, (à 2 pas du boulot !) pour une Ariane Moffatt débranchée. La soirée a commencé avec un Alexandre Désilets tout en voix, comme à l’habitude, pour se poursuivre avec Ariane en pleine forme qui nous a servi des morceaux de ses deux derniers albums, transformés de façons parfois méconnaissables.

À noter que cette formule acoustique met en valeur la voix et le talent de la musicienne. Piano, guitare, batterie, les morceaux finissaient souvent en improvisations avec ses deux musiciens et amis, Marie-Pierre Arthur et Joseph Marchand.

Astro Boy

Mention rapide, j’ai été invitée à la première par David, qui avait un billet en surplus. Pas vraiment un film pour lequel j’aurais payé mais divertissant et rappelant des bons souvenirs d’enfance, malgré les très nombreux changements au scénario original et le doublage très à la québécoise.

Yann Perreau

Évidemment un incontournable. Première montréalaise de son spectacle Un serpent sous les fleurs, nous avons eu droit à une prestation enflammée, des chansons réarrangées de façon sublime et un chanteur en pleine forme. Tellement que je songe sérieusement retourner voir la supplémentaire, en février.

À part les dizaines de critiques encensant le spectacle, peu de visuel disponible sur la toile, sauf de magnifiques photos, signées Simon Couturier, sur le blogue du chanteur, ainsi que ses commentaires sur le spectacle.

Garder en mémoire le nom de la première partie : Alex Nevsky. Nous allons en entendre encore parler dans les prochaines années.

Robert Charlebois

Encore une invitation de dernière minute, pour voir cette légende vivante de la chanson québécoise. À mon plus grand bonheur, plus de la moitié des chansons qu’il a interprété ce soir-là étaient connue par moi : Lindberg, Je reviendrai à Montréal, Tout écartillé, Québec Love,….

Avec ses 65 ans, Charlebois pourrait rendre jaloux beaucoup de jeunes artistes, tant son énergie déborde de la scène et enflamme la salle au complet.

Le mois de novembre ne sera pas plus tranquille : musique, théâtre, vernissage photos, lancement d’album…. et seulement dans les 2 premières semaines !

Qui se ressemble...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous

Pour recevoir un message à chaque nouvelle mise à jour, vous pouvez vous abonner en inscrivant votre courriel ci-dessous.
Un fil RSS est également disponible.

Les plus lus