Cinq sens de fin d’été

Ouïe

Random Recipe – Kill the Hook
Après avoir vu le groupe se produire à l’Autre St-Jean puis en programme double au Festival de Jazz et finalement en concert surprise lors de l’événement Foule Bleue, j’écoute les 2 albums du groupe de façon intensive. Ce n’est habituellement pas un style de musique que j’écoute régulièrement, mais leur énergie, les voix magnifiques et les rythmes me donnent envie de bouger et d’écouter chaque chanson en boucle.

(l’album est disponible sur Bandcamp)

Vue

Les escales improbables de Montréal
Bien que j’ai souvent vu passer le nom de ce festival, je n’y avais pas prêté attention avant cette année. La venue à Montréal du Redball project a attiré mon attention dans la programmation de cette année (quelle belle occasion photographique !). Quel beau festival pour mettre de l’avant les performances artistiques ! Je me suis promis de garder la programmation à l’oeil pour ne pas rater un autre événement intéressant. À noter que les escales improbables signent également les Siestes musicales, une activité qui a eu lieu dans les jardins de l’Insectarium cet été.

Redball Project à la Place des Arts

Odorat

La sève des conifères
Bien que ce soit une odeur plus souvent associée à l’hiver, je suis tombée lors d’une ballade au Jardin botanique sur des pins avec quelques branches fraîchement coupées. S’en est suivi une série de photographies bien résineuses, le tout sans même s’en mettre sur les doigts !

Sève de pin

Goût

Salades bien garnies
Abondance de fin d’été oblige, les salades sont au menu. Les inspirations proviennent de 2 livres thématiques, soit celui de Crudessence et le tout nouveau Salad Samurai de Terry Hope Romero (Veganomicon, Viva! Vegan, Vegan Eats World, etc). Des mélanges moins conventionnels, des vinaigrettes savoureuses et des garnitures qui ne font pas regretter la simple salade verte et qui ne donneront jamais envie de chanter cette chanson :

Toucher

La terre noire
Je transforme tranquillement mon petit appartement sombre en douce jungle. Pas toujours facile de trouver des plantes adapter au faible éclairage de ma caverne, mais à force d’essais/erreurs, je sélectionne lentement des spécimens adaptés aux conditions ambiantes et aux assauts du félin. Ma préférée, la Sansevieria trifasciata (communément appelée langues de belle-mère), qui demande peu de soin, produit beaucoup d’oxygène et a même survécu à une chute d’un mètre (assauts du félin, comme je disais).

Qui se ressemble...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous

Pour recevoir un message à chaque nouvelle mise à jour, vous pouvez vous abonner en inscrivant votre courriel ci-dessous.
Un fil RSS est également disponible.

Les plus lus