Montréal Complètement Cirque, édition 2015

Ah, Montréal Complètement Cirque ! Avec les Francofolies, c’est un de mes festivals montréalais préférés. Pendant 10 jours, j’alterne entre les spectacles originaux en salle et les photos de performances de rues. Cette année n’y a pas fait exception, et j’ai pris le temps de noter quelques coups de coeur de mes 10 jours circassiens.

Les minutes Complètement Cirque

À chaque année, les Minutes Complètement Cirque font partie de mes activités favorites du festival. On se rend au coin des rues St-Denis et Emery et on attend. Les Minutiens, composés d’une cinquantaine d’artistes, apparaissent et invitent le public à les suivre pour une courte prestation. Les lieux et types de prestations avait un horaire connu cette année (ce qui permet de devancer la foule pour avoir une bonne place), les années précédentes étaient un peu aléatoires, ce qui gardait un effet de surprise.

Les minutes complètement CirqueLes minutes complètement CirqueLes minutes complètement CirqueLes minutes complètement Cirque

Au menu cette année : le traditionnel concours éliminatoire à la Place Pasteur (où il est possible de s’associer à un artiste pour gagner des billets s’il se rend jusqu’à la fin), des performances sur toits et balcons du quartier et des numéros suspendus au milieu de la rue.

Minutes complètement cirque - Place PasteurMinutes complètement cirque - Place PasteurMinutes complètement cirque - sur les toitsMinutes complètement cirque - sur les toitsMinutes complètement cirque - sur les toits

Duels

À chaque année, un spectacle est présenté gratuitement, 2 fois par soir, au parc Émilie-Gamelin. La nouvelle création de cette année, Duels, intégrait pour la première fois une vingtaine de gens du public aux acrobates et danseurs. Comme les années précédentes, le spectacle est un mélange de numéros s’enchainant à une vitesse folle (j’y suis allée 4 fois et j’y découvrais encore des nouveaux détails le dernier soir).

Comme à peu près tous ceux qui ont vu le spectacle, si je me fis aux commentaires, j’ai eu un coup de coeur pour le numéro de blocs d’équilibres, impliquant une chaise roulante. Une magnifique poésie visuelle.

J’ai une préférence pour la présentation de 19hres, où le soleil de fin de journée crée une lumière dorée sublime, parfaite pour la photographie.

Numéro de blocs d'équilibres - DuelsTrapèze - Duels

Beyond par C!rca

Nous sommes gâtés à Montréal : grâce à la Tohu, nous recevons régulièrement la visite de la troupe australienne C!rca, troupe que j’adore et qui réussi à m’époustoufler à chaque spectacle. Et bien entendu, Beyond n’y fait pas exception. Le spectacle explore la fine limite entre l’humain et l’animal, entre la raison et la folie, entre la logique et le rêve. Coiffés de grosses têtes de lapin (!!), les 7 artistes traversent cette limite, plongeant dans une douce folie où les prouesses techniques auxquelles la troupe nous a habituées sont toujours bien présentes.

Beyond est décrit par C!rca comme étant un mélange entre un spectacle, un cabaret, un zoo et un asile. Cette description traduit bien l’ambiance du spectacle, où un étrange humour accompagne les numéros à couper le souffle.

À voir : les superbes photos du spectacle par Alexandre Galliez

Machine de Cirque

Machine de Cirque

Machine de Cirque, photographie par Norbi Withney

Machine de cirque était le spectacle que j’attendais, le spectacle qui m’a fait sautiller de joie lorsque je l’ai aperçu dans l’infolettre de prévente du festival. Composé de 4 acrobates et d’un percussionniste, la troupe a attiré mon attention l’an passé, justement pendant le festival Montréal Complètement Cirque. Il faut dire que j’ai déjà vu les 4 acrobates ensembles ou séparément dans diverses prestations (avec Vague de Cirque, les 7 Doigts de la main ou le duo les Beaux-Frères, maintenant célèbre avec leur numéro Serviette).

Il y avait donc quelques numéros déjà vu dans le spectacle, mais refaits à 4 mains et dans un contexte différent, ils avaient un nouveau souffle. De plus, la qualité d’exécution, autant par les acrobates que par Frédéric Lebrasseur, le musicien les accompagnant en temps réel, est époustouflante. Pour une première création par la jeune troupe, la créativité et la qualité sont remarquables. On ne peut donc que leur souhaiter une longue vie !

C’est donc complètement ravie, cette année encore, que j’ai terminé le festival. Ne reste qu’à attendre l’an prochain, heureusement la programmation régulière de la TOHU est à l’image du festival et nous permet d’attendre patiemment le retour de l’été (et de parfois rattraper en rappel certains spectacles qu’on aurait pu manquer).

Qui se ressemble...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous

Pour recevoir un message à chaque nouvelle mise à jour, vous pouvez vous abonner en inscrivant votre courriel ci-dessous.
Un fil RSS est également disponible.

Les plus lus