Pause musicale : féminité de toutes les teintes

À l’adolescence, j’ai forgé ma culture musicale au son de plusieurs voix féminines avec de forts caractères : Courtey Love, Fiona Apple, Shirley Manson, Björk, Lynda Perry des 4 Non Blondes, etc. En vieillissant, mes goûts se sont diversifiés et je me suis rapprochée de la scène musicale locale, prenant par la même occasion un peu de distance avec la scène internationale.

Je n’ai plus vraiment fait attention à ses voix féminines, jusqu’à il y a quelques semaines, alors que la voix de Frannie Holder a poussé une note qui a fait vibré une corde au fond de moi. J’ai alors pris quelques minutes pour regarder mes listes de lectures et je me suis rendue compte que ces voix fortes et variées étaient toujours présentes dans mes oreilles, à un tel point que j’ai dû faire des choix déchirants pour sélectionner celles qui seraient en vedette dans ce texte.

Alors qu’en 2017, les artistes féminines doivent encore se battre pour faire leur place dans un milieu encore dominé par les hommes, voici quelques coups de coeur féminins, dont le seul point commun est leur force et leur façon bien à elles de me faire vibrer.

Lisa Leblanc

Lisa Leblanc et la lumière parfaite des soirées estivales

Frannie Holder

Premièrement, la voix qui a inspiré ce texte. Chanteuse au sein des formations montréalaises Random Recipe et Dear Criminals, la voix de Frannie est grave et planante. Particulièrement avec les ambiances musicales de Dear Criminals, je lui trouve un certain réconfort. Une voix à écouter la nuit, lorsqu’il fait un peu froid.

Les albums de Dear Criminals sont courts et nombreux, comme autant de petits bijoux à cacher dans les listes de lectures pour les redécouvrir.

Page Bandcamp de Dear Criminal
Page Bandcamp de Random Recipe

Tanya Tagaq

Originaire du Nunavut, collaboratrice de Björk (on peut entendre sa voix sur quelques pièces de l’album Medúlla), Tanya Tagaq décrit son style comme étant du « chant de gorge contemporain ». Ce style peut demander un certain temps d’adaptation au départ, mais une fois immergée dans les morceaux, il y a un rythme profondément envoutant, que certains comparent même parfois à du métal ou du punk. À écouter bien fort dans les écouteurs, pour s’isoler dans une foule trop compacte (testé et approuvé).

À entendre également : sa reprise de Rape me de Nirvana, qui prend une nouvelle teinte lorsque chantée par une femme autochtone, surtout en ces temps difficiles pour celles-ci partout au Canada.

Site officiel de Tania Tagaq

Safia Nolin

La première fois que je me suis pointée à un concert de Safia Nolin, c’était avant Limoilou, son premier album. Je n’avais pas entendu ses pièces et je ne savais pas du tout à quoi m’attendre. Dès le premier couplet, j’ai été renversée par la puissance de sa voix. Adolescente constamment intimidée à cause de ses différences, la voix de Safia porte encore à l’âge adulte une tristesse et une lourdeur bouleversante. Ce n’est évidemment pas un style qui fait l’unanimité, ses compositions pouvant souvent sonner un peu déprimante. À écouter les après-midi où on n’a pas envie de sortir de chez soi.

Page Bandcamp de Safia Nolin

Daphnée Brissette

Une des trois voix féminines du groupe Canailles, Daphnée a une voix qui gagne en force à chaque nouvel album. Très fan du groupe depuis ses débuts, les ayant vu en performances plus d’une dizaine de fois, cette puissance m’étonne autant dans les ballades tristes et dans les chansons un peu plus festives (qualificatif dont le groupe n’est pas nécessairement friand). À écouter en roulant sur une route de campagne un peu morose.

Page Bandcamp de Canailles

Lisa Leblanc

Tornade acadienne, Lisa Leblanc a une voix qui brasse. Celle-ci donne envie de foncer et tasser les obstacles, elle était donc tout indiquée dans la catégorie de voix fortes. À écouter dans les écouteurs, en marchant rapidement.

Page Bandcamp de Lisa Leblanc

Cette courte liste est évidemment seulement un échantillon de celles qui chantent dans mes oreilles. J’écoute présentement la voix un peu hors-norme de Lydia Képinski et je me dis que je pourrais facilement faire une 2e liste. Je le ferai peut-être, mais il y aura certainement d’autres thématiques de listes musicales, car ce genre de regroupements hétéroclites me plait bien et me permet parfois de voir mes liste de lectures sous d’autres angles.

Qui se ressemble...

2 réponses à Pause musicale : féminité de toutes les teintes
  1. Laetitia Répondre

    Coucou Michèle (long time!) :)
    Merci pour ce partage musical, parfait après une mauvaise nuit de sommeil…
    J’ai beaucoup apprécié les voix de Frannie Holder et Lisa Leblanc, je m’en vais de ce pas découvrir un petit peu plus leurs univers…
    À te (re)lire,
    Laetitia

    • Mymy Répondre

      Très heureuse que tu aimes !

      (Coucou ! Je ne commente pas souvent mais je suis de près l’évolution de ton petit coin de paradis)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous

Pour recevoir un message à chaque nouvelle mise à jour, vous pouvez vous abonner en inscrivant votre courriel ci-dessous.
Un fil RSS est également disponible.

Les plus lus