Dans les fourneaux – Été 2017

Qu’est-ce qu’on mange ?

Tiges de rhubarbe

Rhubarbe un peu vieillotte, sur le point d’être transformée en délicieuse compote

De la rhubarbe ! Dès le début juin, c’est l’abondance de ces grandes tiges acidulées. Bien que même enfant je n’ai jamais été la plus grande fan de la rhubarbe nature (quoique un bout de rhubarbe trempée dans le sucre me rappelle toujours de doux souvenirs), j’aime la cuisiner sous différentes formes pour profiter de sa saveur et de ses propriétés nutritives (principalement des fibres et de la vitamine K).

Comment cuisiner la rhubarbe ?

  • En compote – Classique des classique, on la combine avec des fraises pour adoucir le goût acidulé, où ou la cuisine seule, avec un peu de cardamome. Cette compote sera délicieuse dans un bol de gruau ou avec un yogourt de noix de coco (j’adore le non-sucré de Yoso, que je garni d’une grosse poignée de fruits ou de compote)
  • En liquide – Cuite à feu doux avec un peu d’eau et du sucre, puis pressée dans un tamis, on obtient un délicieux sirop, parfait pour garnir les limonades ou boissons gazeuses. Trois variantes que j’aime beaucoup : le pétillant framboise-rhubarbe et la margarita fraise-rhubarbe (que je bois souvent en limonade sans alcool), et le sirop rhubarbe et vanille. Truc sans gaspillage : après avoir filtré le sirop, je garde la pulpe de fruits et je l’utilise pour sucrer mon bol de gruau.
  • En smoothie – Le goût acidulé de la rhubarbe agrémente bien les smoothie. Je la préfère dans les smoothies verts, avec de l’ananas et des épinards.
  • Fermentée – Testé récemment : le kimchi de rhubarbe du chef Yotam Ottolenghi. Une recette assez simple, dont le résultat est plus sucré qu’un kimchi traditionnel. Ce sera certainement parmi les garnitures de mes burgers tout l’été !

Qu’est-ce qu’on boit ?

L’été, j’aime bien redémarrer mon levain de gingembre (ginger bug en anglais) et me faire des sodas maison. Facile à faire, le levain de gingembre est une fermentation sauvage à base de gingembre, sucre et eau. Avec ce dernier, on peut faire une bière de gingembre (sans alcool) ou l’aromatiser avec différentes saveurs. J’aime bien les jus d’agrume (orange, pamplemousse, citron) et les infusions de fleurs d’hibiscus. Lors de ma prochaine visite dans une herboristerie, j’achèterai les herbes qui me manque pour créer une racinette (la fameuse root beer), qui sera certainement 100 fois meilleures que celles vendues dans les fast-food.

Pour mes recettes, j’utilise celles des livres Révolution Fermentation et My New Roots Cookbook, mais le web en contient aussi des tonnes si vous voulez vous lancer dans cette amusante expérience culinaire.

Pour l’équipement, assurez-vous d’utiliser des bouteilles pouvant supporter la pression et de laisser régulièrement sortir le surplus d’air, sinon vous pourriez avoir de mauvaises surprises (le verre pourrait exploser).

Qu’est-ce qu’on bouquine ?

Aucun nouveau livre de recette ces derniers mois, j’en profite pour continuer à découvrir mes bouquins existants et pour rattraper mon immense retard dans ma lecture des Chickpea Magazines. J’ai déjà mentionné mon amour pour la beauté photographique de ces magazines, mais j’y trouve aussi plusieurs recettes originales, plein de cosmétiques et produits ménagers maisons faciles à fabriquer et certaines histoires très inspirantes. La version électronique n’est pas très dispendieuse et est plus facile à annoter et à copier-coller dans Evernote.

Qu’est-ce qu’on partage ?

Si comme moi vous ignoriez qu’il y avait une Popscicle Week, ce n’est pas grave : l’été est encore suffisamment long pour remplir son congélateur de délices glacés. Outre la version la plus simple au monde qui consiste à congeler du jus de fruit, il est possible de rendre ses collations glacées plus nutritives, en y ajoutant fruits et légumes complets ou même des noix, bref en faisant l’équivalent d’un smoothie glacé. J’aime bien la sélection qu’on retrouve dans la section recettes de Prana.

Quoi d’autre ?

C’est aussi la saison des petits fruits ! Pour en profiter toute l’année, on en achète en grosse quantité dans les marchés, on les congèle sur une plaque puis on transfère le tout dans des sacs ou des bocaux. Ce sera ainsi possible d’en prendre seulement une petite quantité pour un smoothie ou pour garnir son déjeuner. Mon congélateur est toujours bien garni de fraises, framboises et bleuets sauvages frais, ainsi que de quelques sacs de cerises, pêches, prunes et raisins bleus, qui seront 100 fois meilleurs cet hiver que leur équivalent en épicerie.

Qui se ressemble...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous

Pour recevoir un message à chaque nouvelle mise à jour, vous pouvez vous abonner en inscrivant votre courriel ci-dessous.
Un fil RSS est également disponible.

Les plus lus