Dans les fourneaux – hiver 2018

Je sais, d’un point de vue astronomique, ce n’est plus l’hiver mais le printemps. Mais climat québécois oblige, les nouvelles récoltes n’arriveront pas immédiatement dans les marchés, il reste donc encore quelques semaines à vivre sur nos réserves.

Voici donc de la bouffe de fin d’hiver qui remonte le moral.

Qu’est-ce qu’on mange ?

Des soupes au miso. J’adore le miso et sa capacité à créer un bouillon de soupe savoureux en 3 coups de cuillères. Il suffit de mélanger une cuillère de pâte avec de l’eau bouillante et la magie s’opère ! Parfait pour donner du goût à un bouillon maison ou pour faire une soupe minute en versant ce dernier sur des légumes en julienne. J’utilise aussi le miso dans des ramens maison, qui sont simplement des nouilles longues que je fait cuire dans un bouillon improvisé avec ce que j’ai sous la main. Aussi rapide et mille fois plus savoureux que les mélanges en sachets.

Qu’est-ce qu’on boit ?

Café Latté

Le latté fort du matin

Beaucoup trop de café. Je me suis procuré l’automne dernier une petite cafetière italienne. Depuis ce temps, mes samedi matins sont enrichis de latté ou de moka bien forts et réconfortants. Bien que je bois majoritairement du thé dans la journée et que j’évite toute caféine en soirée, je n’arrive toujours pas à me séparer du besoin d’une tasse de café fumant le matin.

J’aime aussi parfois booster mon latté en plaçant mon lait d’amandes au mélangeur avec des graines de chanvre et du lucuma.

Qu’est-ce qu’on bouquine ?

Aorès en avoir entendu parlé par plusieurs personnes, je me suis procurée, avec quelques mois de retard, The First Mess Cookbook, provenant du blogue du même nom, de la canadienne Laura Wright. Les photos y sont magnifiques et ses pages sont remplies de saveurs locales, ce qui nous permet de trouver l’inspiration pour passer nos choux et légumes racines hivernaux. Parmi les recettes coups de coeur, une sauce bolognaise à l’aubergine, des haricots à l’érable (les premières bines que je cuisinais !), un granola grillé et des tonnes de soupes savoureuses, dont une aux légumes blancs (oignon, poireau, panais, céleri-rave et chou-fleur) et à la moutarde.

On sait qu’un livre de recettes est parfait pour nous lorsqu’on y revient semaine après semaine et qu’on y trouve notre bonheur à chaque coup.

Qu’est-ce qu’on partage ?

Marie Laforêt a eu l’excellente idée d’utiliser le goût très distinctif des lupins pour faire du fromage végétal. J’avais ses recettes à l’oeil depuis un moment mais un surplus d’aneth frais m’a permis de tester sa « version des Fêtes ». Retirer la peau des lupins est une tâche un peu ennuyante mais le reste de la recette se fait en un tour de main et le résultat est un fromage végétal (ou fauxmage ou vromage, peu importe) qui se tartine très bien et goûte bon, même en omettant l’aneth. Je l’ai mangé sur du pain frais, en accompagnement de soupes bien chaudes et en collation, sur du concombre.

Quoi d’autre ?

Fin d’hiver oblige, les produits de l’érable sont arrivés dans les marchés, Ouiiiii ! Enfin ce temps de l’année où on peut manger de la tire à la cuillère et tartiner son pain de beurre d’érable (allô le taux de sucre dans le tapis !). C’est aussi un bon moment pour faire ses réserves de sirop d’érable pour l’année, le meilleur sucre naturel au monde (pour le goût surtout, bien qu’il contient aussi quelques minéraux). Oui, ce paragraphe est totalement subjectif, vous aurez deviné que j’adore les produits de l’érable.

Qui se ressemble...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous

Pour recevoir un message à chaque nouvelle mise à jour, vous pouvez vous abonner en inscrivant votre courriel ci-dessous.
Un fil RSS est également disponible.

Les plus lus