*

Car il y a une rivière
Qui a poussé entre nous
Même si la terre toute entière ferme les yeux et s’en fout
Et si un jour tu y plonges
Moi, j’y plongerai avec toi
Pour noyer dans la pénombre
La grandeur de nos ébats

Et si la terre tout entière
Se met à rire de nous
Nous leur lancerons des pierres
Pour grafigner nos genoux
Mais non jamais, mais oui je sais
Que je ne parlerai pas
Bouche gelée jusqu’à ce que nos deux corps soient enterrés

Qui se ressemble...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous

Pour recevoir un message à chaque nouvelle mise à jour, vous pouvez vous abonner en inscrivant votre courriel ci-dessous.
Un fil RSS est également disponible.

Les plus lus