Zéro gaspillage – Les pommes

Parmi mes nombreux bonheurs culinaires d’automne, il y a le plaisir de croquer dans une pomme fraîche. Chaque année, je fini toujours par acheter trop de pommes, afin de m’approvisionner de mes favorites mais aussi pour essayer quelques nouvelles variétés (et rien de mieux qu’un marché public pour trouver quelques perles rares !)

Pommes

Des pommes à l’infini dans les marchés publics, un des nombreux bonheurs d’automne !

Évidemment, c’est bien beau acheter des kilos de nourriture mais il ne faudrait pas que ceux-ci se retrouve dans les poubelles. Voici donc quelques astuces accumulées avec les années pour tirer la maximum des pommes (bonus : la plupart de ces conseils fonctionnent aussi pour les poires).

Surplus de pommes ou fruits trop mûrs

La façon la plus simple de passer rapidement un surplus de pommes, c’est la compote. Pour cette dernière, je ne me complique pas la vie et je coupe les fruits avec la pelure en cubes que je fais ensuite chauffer à feu doux jusqu’à ce qu’ils soient tendres. Je passe ensuite le tout au mélangeur pour une texture extra crémeuse et je congèle en portions d’une tasse. La compote de pomme est délicieuse dans les lunch mais aussi pratique dans les recettes de galettes et gâteaux pour remplacer le gras et les oeufs. C’est d’ailleurs pour cette raison que je n’ajoute pas de sucre ou d’épices dans ma recette.

La 2e façon ultra simple de vider sa réserve de fruits, c’est les tartes ou les croustades. J’avoue préférer la 2e option, qui me permet d’éviter de faire une pâte #paresse J’ai personnellement une dizaine de variantes dans mes notes, celles-ci utilisant des flocons d’avoine, du quinoa ou même des amandes pour le partie croustillante.

Depuis l’an dernier, j’ai aussi ajouté à ma liste la recette de pommes caramélisées de Minimalist Barker. Faciles à faire et absolument divines, particulièrement sur des céréales chaudes le matin ou avec un « yogourt » végétal.

Pelures et coeurs de pommes

Souvent jetées, les pelures et coeurs de pommes peuvent aussi être consommés. Cependant, pour les recettes demandant une longue macération, il vaut mieux s’assurer que les pommes sont biologiques ou ont été cultivées sans pesticides. Les coeurs de pommes utilisés sont évidement ceux qui restent d’une recette et non le coeur tout grignoté qui a passé l’après midi dans le fond de la boîte à lunch (ceux-là s’en vont au compost).

Alors on fait quoi avec ces rébus ? On peut les placer dans une casserole et faire une infusion épicée. On peut les placer dans un bocal de verre et les couvrir de bourbon pour un alcool aromatisé. Ou sinon, le classique des classiques : le vinaigre de cidre. C’est certainement la variété de vinaigre que j’utilise le plus, une petite cuillère à la fois pour ajouter un peu d’acidité dans un plat ou comme base de recettes médicinales. Pouvoir en produire une grande quantité avec des « déchets » est donc une solution hyper économique et une fermentation très simple pour vous initier.

Je termine ce court article en me disant que ça faisait un bail que je n’avais pas compiler des recettes pour réduire le gaspillage. Puisque cette série est parmi mes plus lues, n’hésitez pas à laisser un commentaire avec des suggestions de fruits ou légumes que vous tentez de sauver du bas à compost.

Qui se ressemble...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous

Pour recevoir un message à chaque nouvelle mise à jour, vous pouvez vous abonner en inscrivant votre courriel ci-dessous.
Un fil RSS est également disponible.

Les plus lus